Le jour où je n’avais rien à me mettre…

    1

    Toutes les filles se sont un jour retrouvées face à leur placard avec la certitude qu’elles n’avaient rien à se mettre. Peut importe la taille de la garde-robe ou de la pile de linge sale nous nous sommes toutes un jour retrouvée là, plantée comme un arbre devant notre pile de vêtements à penser que rien de tout cela ne serait réellement convenable pour sortir de chez soi, et que si c’est comme ça je ferai mieux de retourner me coucher.

    J’ai beau avoir plus de vêtements qu’il ne m’en faut, je reste une fille. Et si parfois je ressens le besoin de me changer trois fois dans la journée tellement mon esprit fashion est en ébullition, il m’arrive aussi d’être cet arbre, planté bien profond dans mon parquet, avec l’idée que rien dans tout ce que j’ai ne me plais.

    C’est un peu après dans ces moment-là que je finis par craquer toutes mes économies en shopping sur internet.  Seulement, de craquage en craquage, mon compte bancaire n’est plus le seul à crier grâce. Mon placard s’y met aussi. Ses portes ne se ferment plus et ses étagères s’affaissent, ce qui, dans le langage de meubles Ikéa doit vouloir dire quelque chose comme « c’en est trop ! »

    Du coup j’ai pris la résolution plus ou moins ferme – plutôt que moins que plus mais c’est une autre histoire – d’essayer de faire avec ce que j’ai. Cette résolution ne me coûte rien si ce n’est qu’elle me demande l’effort de soulever les piles pour redécouvrir ces vêtements dont j’avais oublié l’existence.

    Parfois le résultat est plutôt bizarre, en particulier quand je me retrouve affublé d’un jean trop grand, d’un tee-shirt trop petit et d’une paire de chaussures sorties tout droit de l’espace. D’autre fois, curieusement, ça fonctionne. Comme ce jour de fashion week où trench, top en velours style nuisette et pantalon de jogging m’ont semblé être le comble de chic. Evidemment tous les goûts reste dans la nature mais au moins je n’ai pas pris racine dans mon appartement.

    **********

    It’s happened to every girls, being face of your wardrobe, thinking that you don’t have anything to wear. No matter the size of the closet or of the laundry pile we all already were there, planted like a tree in front of our pile of clothes thinking that none of this would be really works for leaving home and then in this case I should stay home.

    Although I have more clothes than I need, I stay a girl. And if sometimes I feel the need to change myself three times a day when my fashion mind works, sometimes I also be that tree, with the idea that nothing in everything I have please me enough to go out.

    It’s a little after that time that I finally cracked all my savings in shopping online. But, from cracking to cracking, my bank account is not the only one who is crying. My closet too. Its doors no longer close and shelves are collapsing, which, in the Ikea furniture language must mean something like « this is too much! « 

    So I resolved myself to try to deal with what I have. This resolution doesn’t cost anything except that I have to make some sport to find that clothes I had forgotten in the back of my closet.

    Sometimes the result is rather strange, especially when I find myself wearing a jeans too big, a too small tee-shirt and a pair of shoes straight out of space. Other times, strangely, it works. As this day of fashion week where trench, sleep-top and style velvet jogging pants seemed to me the chicest outfit. Obviously you would maybe not like that style but at least I have not taken root in my flat.

    3

    Capture d’écran 2016-08-06 à 13.57.27

    – H&M Trench II Nelly Pants II H&M top II Nike shoes II Moschino Iphone case –

    Credit photos : Mademoiselle Marie

  • mathilde margail mademoiselle marie 1

    Strike the pose

    De la même façon que nous aimons savoir si telle ou telle mannequin canon a ou non été retouchée pour…