Jusqu’à la prochaine fois…

    robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 1

    Le jour où nous avons pris ces photos avec Eve, je sortais de chez le coiffeur et j’étais dépité. Habituellement pourtant, quand je ressors du salon plus blonde qu’à mon arrivée je suis contente. Mais pas cette fois…

    Parfois il m’arrive de regretter l’éducation que m’ont donné mes parents qui m’ont appris à toujours être aimable et sympathique même si je n’en pense pas moins. Du coup, inévitablement, au restaurant, chez le coiffeur, dans les magasins où à la poste je m’écrase. Même quand on me sert le mauvais plat. Même quand mon assurance maladie m’annonce que mon dossier à disparu et que oui, désolée, vous devrez avancé tous vos frais pour les 6 prochains mois, le temps qu’on le retrouve.

    A chaque fois j’annonce bien fort que, cette fois-ci, c’est bon, faut pas se f**** de la gueule du monde, je vais monter le ton, je ne vais pas – encore – me laisser marcher dessus non mais ! Et à chaque fois, je perds toute ma volonté devant l’objet de ma colère, et c’est avec un sourire contrit et une petite voix que je me vois demander si « s’il vous plait, serait-il possible, si ça ne vous dérange pas trop, de rapporter ce plat en cuisine, parce que il me semble que ce n’est pas ce que j’avais demandé, enfin je crois, mais pardonnez moi si c’est moi qui me trompe… ». Imaginez a quel point je sème la terreur !

    Ce jour-ci donc, chez le coiffeur, passés les trois heures réglementaires que nécessite un simple balayage sur la masse de mes cheveux nous arrivons au brushing. Et je suis bien obligé de constater que plus mes cheveux sèchent plus ils prennent cette délicate couleur – et texture – de foin. Aussi éloignée de ce que j’avais demandé que le sont la terre et la lune. Environ.

    Et bien devinez quoi ? Elle m’a demandé ce que j’en pensais la coiffeuse, elle me la tendue cette perche, et moi ? Et bien je lui ai demandé avec une voix de souris si elle ne pensait pas que c’était légèrement jaune, alors que dans ma tête j’étais en train de hurler que lorsqu’on ne fait pas la nuance entre un blond cendré et un blond raté on n’ouvre pas un salon de coiffure ! Elle ? Elle m’a paisiblement affirmé que pas du tout, ça va se patiner avec le temps ( et des dizaines de shampoing violets bien chers aussi ). Je l’ai remercié et je me suis promis qu’on ne m’y reprendrais plus !

    Jusqu’à la prochaine fois…

    **********

    The day we took these photos with Eve, I went to the hairdresser and I was deeply bad. Usually though, when I come out of the room blonder than when I arrived I’m happy. But not this time …

    The thing is : sometimes I regret that education my parents gave me, taught me to always be kind and polite even though I don’t think less. So, inevitably, to restaurants, hairdressers, stores I fail. Even when this guys is serving me the wrong dish. Even when my health insurance tells me that my file disappeared and yes, sorry, you will have to advance all your expenses for the next 6 months, until we may find it back.

    Each time I announce loudly that this time I would not closing my mouth and I would say what I think, what I really really think to all this f**** people who make fun of me! And each time I lose all my will in front of my anger object, and it’s with a rueful smile and a small voice that I heard myself asking if « please, is it possible, if that don’t bother you too much, to bring back this dish in the kitchen, because I think this is not what I asked, finally I believe, but forgive me if I made a mistakes  » . Yeah, I’m absolutely terrifying.

    This day, therefore, to the hairdresser, after the three hours that my hair requires for an quick change we start drying. And I am obliged to note that the more my hair dry the more they take this delicate color – and texture – like… hay. As far from what I had asked that are earth and moon. Almost.

    Well, guess what ? The hairdresser asked me what I thought about the color, she stretched me this perch, and me ? I asked with a mouse voice if she did not think it was slightly yellow, while in my head I was screaming “when you don’t know the difference between an ash blond and a bimbo blond you, b*** do not open a hairdresser!” Her ? She quietly said to me not at all, it’ll skate with time (and dozens of very expensive purple shampoo). I thanked her and I murmured that it would be the last one !

    Till next time…

    robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 2 robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 3 robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 4 robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 5 robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 6 robe stylein sac rose et osephine short levis mathilde margail 7

    Stylein Satrinxa Dress II Majestic Filatures Tee-shirt II Converses II Hyde’s Spectacle Sunnies II Nicole Vienna Watch II Noshi Bracelet II Rose & Josephine Bag II Uno de 50 Earrings –

    Credit photo : Eve from Beaauuu Paris

    SHOP THE POST

     

  • JT9A0992

    Le syndrome du pattern

    Aujourd’hui je voudrai vous parler de deux choses : 1. de Revolve : parce que faire son shopping sur Revolve…

  • uncle jeans 6

    New life, new goals

    Comme vous l’avez peut-être entendu ou lu sur snapchat (aupetitimprevu) ou instagram, cette semaine j’ai commencé un nouveau travail. Et…

  • Street style, Mathilde Margail (blogger: au petit imprevu)  arriving at Chanel Fall-Winter 2016-2017 Haute Couture show held at Grand Palais, in Paris, France, on July 5th, 2016. Photo by Marie-Paola Bertrand-Hillion/ABACAPRESS.COM

    Haute Couture – Day 2

    Une légende urbaine dit que je ne porte jamais de couleurs mais comme toutes les bonnes choses, cette histoire d’amour…