Mode, mode & mode

LOOKS

Voyages & bonnes adresses

VOYAGES

Take care !

BEAUTE

    REAL LIFE VS INSTAGRAM LI(F)E #2

    Vous aviez aimé le premier, je ne pouvais donc pas décemment vous priver d’une petite suite de ma série « Real life VS Instagram li(f)e » ! Vous pouvez retrouver le premier épisode ICI. Sinon, si vous avez la flemme – ça arrive à des gens bien, il parait – je vous fait un résumé rapide du pourquoi du comment.

    L’idée est donc – et j’en ai des sueurs froides – de vous montrer le dessous de ce que vous voyez sur instagram, la vérite-vraie derrière les clichés parfait-ement retouchés, choisis, filtrés.

    Donc, pour la deuxième fois je suis allée fouiller dans mes archives pour vous montrer ce à quoi ressemble vraiment ma vie : ma-vie-la-vraie, celle que je mène quand je n’enfile pas mon costume de blogueuse.

    Prêt ? 3, 2, 1… ACTION !

    Le café du matin sur instagram

    Comme la plupart des humains j’aime commencer ma journée par un café. D’ailleurs quand je n’ai rien à poster sur instagram je poste des cafés. Mais attention hein, pas n’importe quel café : des matchas latte, des capuchinos avec le joli dessin à la crème par dessus et si possible entouré d’un tas d’objet qui n’ont normalement rien à faire sur une table où repose un café brûlant et potentiellement salissant : lunettes de soleil – même s’il pleut – sac à main, rouge à lèvres, montre… en fait je vide photogéniquement le contenu de mon sac à main autour de ma tasse. Tout pourvu que je chope le bon cliché !

    Le café du matin dans la vraie vie

    Déjà ce qui est sur c’est que lorsque je pose mon café sur la table je fais bien en sorte qu’il n’y ai rien d’autre sur la dite table, parce que je suis quand même dans le brouillard – pour rappel on parle du premier café du matin, celui sans lequel je ne suis que l’ombre de moi même qui se cogne le petit orteil contre tous les meubles – et ce qui est aussi sur c’est qu’il ne ressemble en rien a un matcha. Si elles sont propres je peux bien utiliser une de mes jolies tasses mais de toute façon quand bien même mon breuvage aurait quelque intérêt pictural je suis trop en retard pour avoir le temps de le photographier. A la rigueur j’aurai bien le temps de shooter le deuxième de la journée, celui que je prends au bureau mais qui a envie de voir un gobelet en plastique violet posé au milieu d’un fratras pas possible de to-do list et de post-it ?

    La pluie sur instagram

    Bon déjà soyons honnête sur instagram il ne pleut pas souvent. Sur instagram le ciel est bleu et le soleil brille. Ce n’est pas l’été toute l’année non plus – il faut bien poster des photos de thés brûlants et de plaids tricotés en jolie laine écrue de temps en temps – mais on est loin de la réalité méteorologique parisienne. Sur instagram il peut pleuvoir en story – aka la jolie photo de gouttes qui ruissellent sur une jolie fenêtre avec vue sur les toits de Paris – et quand il pleut dans mon feed je porte forcément des bottes Hunter ou un joli Kway bien taillé. Et évidemment mes cheveux restent parfaitement brushingé. Même si je n’ai ni capuche ni parapluie.

    Quand il pleut dans la vraie vie

    Quand il pleut dans la vraie vie – souvent vu que je vis à Paris – je suis déprimée et j’ai tout sauf envie d’aller me faire prendre en photo dans la rue. De toute façon, quand il pleut je ne m’habille pas. Enfin je ne m’habille pas bien, je veux dire. J’enfile un jean, des baskets destroys – ce n’est pas le moment de bousiller mes nouveaux mocassins Gucci – et un gros sweat, parce que qui dit gros sweat dit grosse capuche, et qui dit grosse capuche dit plus de tissu pour couvrir mes cheveux qui ne supportent pas l’humidité, enfin mon brushing qui ne supporte pas l’humidité. Et en général vu que mon look ne ressemble à rien j’en profite même pour ne pas me maquille ET ne pas me coiffer. En résumé quand il pleut tout mon être cri « Merci de ne pas me déranger je suis en pleine déprime saisonnière ! ».

    L’alcool sur instagram

    La loi Evin ne s’applique pas sur instagram, quand vous n’êtes pas une marque en tout cas. Du coup il est totalement toléré d’assumer son alcoolisme sur les réseaux. Mais pas avec n’importe quoi (car c’est en buvant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui !). Sur instagram je bois du champagne (+1 point), des mojitos (+2 points) ou mieux des cocktails super-colorés et donc super-sucrés (+3 points). Le genre de cocktails qui dit « Je ne compte pas les colories, je suis une fille cool et en plus j’ai de l’argent » car évidemment ce genre de boisson a un coût ! +1 point si ce cocktail est consommé dans un grand hôtel (avec plein d’étoiles derrière son nom) ou sur une plage paradisiaque. Evidemment ce cocktail est toujours accompagné de mignardises super mignonnes de type pas-du-tout-des-cacahuètes !

    L’alcool dans la vraie vie

    Dans la vraie vie je n’ai pas vraiment les moyens de ne consommer que des cocktails aux noms compliqués. D’ailleurs une fois sur deux je ne comprends pas la moitié des ingrédients dans ce type de boisson… cuiraquoi ? Le seul cocktail que je comprends c’est le mojito. C’est d’ailleurs une des seules recettes culinaires que je maîtrise avec le guacamole (Ben oui presser des citrons et piler de la glace c’est de la cuisine non ?) Mais comme mon frigo est toujours vide – vide de glace, vide citrons – je préfère quand même me rabattre sur des valeurs sures de type vins et bières que je consomme au café du coin avec une copine : le tout avec plus de pop-corn-qui-baignent-dans-l’huile que je ne peux décemment en ingurgiter en une soirée !

    Les week-end sur instagram

    Sur instagram je pars souvent en week-end ( pour rappel : sur instagram je suis riche !). Je pars de préférence au soleil, là où il y a des plages d’eau turquoise et des palmiers. Et là je bombarde tout mon petit monde de photos en bikini ambiance « sous le soleil des tropiques » même si j’ai probablement chopé une pneumonie en me baignant en plein mois de mars.

    Never let the truth get in the way of a good cliche ! 

    Les week-end dans la vraie vie

    Dans la vraie vie tous les vendredis je suis en week-end, mais tous les samedis je ne suis pas au soleil. En fait je pars en week-end là où mes amis et ma famille on fait le choix d’habiter. Je vous laisse rêver avec mes deux dernières destinations : Guer, au milieu de la pampa bretonne – rien à faire, rien à voir, de la pluie et de la boue, et Mons, en Belgique – rien à faire, rien à voir, de la pluie et de la boue !

    Du coup la majorité de mes activités sont plutôt centrées sur sur le programme télé et les jeux de société ( qui veut faire un concept avec moiiiiii ?) qu’autour de la baignade.

    Mes cheveux au naturels sur instagram

    Sur instagram je suis une adepte du hashtag #wewithcurls ( qui est aussi un de mes comptes favoris en terme d’inspiration capillaire !) Seulement dès que je l’utilise… je triche ! Il est probable que pour pondre ce selfie ou ce cliché j’ai passé plus d’une heure devant mon miroir à préalablement lisser mes racines et enduire mes pointes d’huile histoire qu’elles tiennent en place. Il est encore plus probable que je me sois jetée sur mon fer à lisser deux minutes après pour redonner à ma tête un semblant de discipline car : quand la coupe va, tout va ! (Précepte scientifique théorisé par ma petite soeur A. !)

    Mes cheveux au naturel dans la vraie vie

    Dans la vraie vie il m’arrive de garder mes cheveux au naturel. Surtout les jours où je n’ai pas eu le temps de les lisser en fait, et exclusivement si n’ai aucun rendez-vous de prévu dans ma journée. Ces jours là il se trouvent en général plus de personnes que je ne peux les compter pour me demander « ce que j’ai fais à mes cheveux » et moi de répondre avec un drôle de sourire que je n’ai justement rien fait… il se trouve aussi toujours quelque personne pour me dire que « je suis mieux comme ça » ce qui inévitablement me plonge dans un univers de perplexité et me fait me demander si c’est si pire que ça le reste du temps ?!

    En gros dans la vraie vie j’ai une crinière de lion que je n’assume pas du tout, rapport au traumatisme lointain mais toujours cuisant des nombreuses moqueries auquel j’ai eu le droit à ce charmant âge ingrat qu’est l’adolescence ! (Méeeeee)

    Mais promis je me soigne, la preuve !

    Quand je vais me coucher sur instagram

    Quand je vais me coucher sur instagram je suis comme les stars de la télé-réalité : pas démaquillée et parfaitement coiffée. Je porte un joli pyjama d’une jolie marque – en gros je fais un placement de produit en toute subtilité – et je ne vais en fait pas du tout me coucher.

    Cette photo par exemple – attention spoiler – a été prise en plein après-midi dans un hôtel parisien, je portais deux bonnes couches de fond de teint et mes cheveux avaient été coiffés la veille par un pro. Mais ne disais-je pas que sur les réseaux peut importe la vérité, pourvu qu’on ait LA bonne photo !

     

    Quand je vais me coucher dans la vraie vie

    Dans la vraie vie, avant d’aller me coucher je n’oublie JAMAIS de me démaquiller !! Du coup j’ai la peau nue ce qui signifie qu’on voit tout ce que je cache habituellement et que j’ai autant envie de poster un selfie sur les réseaux que de manger des salsifis ( le truc que je déteste le plus sur terre avec le fenouil !) En plus de ça mon visage luit comme une flaque d’huile, rapport au fait que je viens d’étaler dessus un serum super gras censé venir à bout de toutes ces fameuses imperfections.

    Comme je suis très écolo (ou économe, ou juste que je ne sais pas régler mon radiateur en fait…) chez moi il fait froid : je ne suis donc pas du tout en joli pyjama ! Enfin si, mais par dessus j’ai enfilé un énorme pull en laine du genre tellement épais que c’est à peine si je peux bouger une fois que je l’ai sur le dos et aussi des grosses chaussettes militaire héritée de mon père. Des chaussettes pas vraiment belles, d’au moins dix pointures de plus que la mienne, dont le talon m’arrive mi-mollets. Je ne suis ni jolie, ni sexy mais au moins j’ai chaud.


    Et pour finir je vous fait cadeau de cette superbe photo de truly-yours endormie dans les transports un jour ou j’étais pleine de microbes. Un beau moment de grâce capturée par ma petite soeur. Je n’aurai su m’en passer !

    La suite au prochain épisode…

    Quand je me serai remis du traumatisme d’avoir osé posté cette dernière photo ici !

     

  • L’IVRESSE ACHETEUSE

    J’ai eu une violente envie de consommer. Ça me prends parfois, comme ça. Sans raison. C’est une envie irrépressible. Comme…

  • CLUB DE LECTURE #2

    Aujourd’hui deuxième petit tour d’horizon des livres que j’ai récemment lu – et aimé ! Jamais assez maigre – Victoire…

  • 2017 Vs 2018

    Voici donc le dernier look de l’année 2017 ! De ce que j’ai lu sur les autres blogs, il semblerait…