But first, let me take a – good – selfie

IMG_2166

Un jour comme un autre, je me ballade avec une amie en fin d’après-midi et décide d’immortaliser ce banal moment sous forme de selfie. Histoire de partager cet instant sans importance avec le reste de la terre et le rendre bien plus signifiant à base de quelques centaines de likes. Situation on ne peut plus banale somme toute. Tout aurait donc pu s’arrêter là, sur l’écran, si mon amie ne m’avait pas lancé ce « non mais je sais pas faire un selfie ». Gros blanc. Attends, chérie, en 2016 tu ne sais toujours pas faire un selfie ? J’en manque d’avaler mon vieux chew-gum ! S’en est suivi une heure de cours pratique à l’issu duquel nous avons dû ranger nos portables sans rien publier sur notre réseau préféré… la nuit commencait à tomber !

Seulement j’ai tiré un enseignement de cette situation. Je ne pouvais pas laisser d’autres personnes dans l’ignorance de la pratique la plus rependue chez la jeune génération.

Une fois n’est pas coutume je vais donc partager avec vous mon précieux savoir !

Aujourd’hui donc, cours de selfie avec API !

selfie wrong

Tout d’abord, le B-A-BA. Il faut retourner l’écran de votre téléphone. Aujourd’hui grâce au progrès de la science on peut enfin voir son visage dans le viseur. Aux oubliettes donc les selfies à l’aveugle bras tendu devant soi.

Deuxième étape : tenir le portable au-dessus du niveau de votre visage. C’est bien plus flateur.

Troisième étape : trouver le bon faciès. Pas de duck face. So 2014. En 2016 on prend un air songeur, ou un air étonné. La grimace fonctionne aussi assez bien. Elle vous donne l’air cool et rigolo, très important pour votre e-réputation.

Quatrième étape : Appuyer sur le déclencheur. Environs 10 fois. Pas moins si vous voulez être sûr de votre coup.

Cinquième étape : éditer votre photo. Toujours. Le naturel n’est de mise que sur snapchat.

Sixième étape : Poster la photo. Avec les bons hastag. De nombreuses études ont montrées que le hastag « selfie » était l’un des plus populaire sur instagram. « Never apologize for selfies » marche aussi assez bien. Eviter cependant les hastag « beauty » et « belle gosse » qui décrédibiliseront la démarche d’auto-dérision du selfie !

A vos marque, prêt : shootez !

selfie right

  • – Cet article vous est offert avec beaucoup d’auto-dérision en collaboration avec Selfie® –

Combien de personnes derrière un blog ?

mathilde margail by mademoiselle marie 1

Combien de personnes derrière un blog ?

On associe toujours une blogueuse à son blog et inversement. Mais rare sont les blogs qui ne fonctionne qu’a une main. Derrière chaque blog il y a souvent bien plus d’une personne.

Pour des blogueuses star comme Chiara Ferragni il y a une grosse équipe de plus de dix personnes, pour beaucoup d’autres il y a une assistante qui trie les mails, gère les agendas, les rendez-vous ou une agence de talents qui gère les partenariats.

Pas de tout ça derrière Au Petit Imprévu mais tout de même plusieurs personnes sans qui rien ne serait possible et qui mérite bien un article « dédicace » et beaucoup de remerciements.

En premier lieu il y a les photographes : blogueuses, amies, professionnelles ou membre de ma famille. Des personnes qui acceptent d’immortaliser mes looks dans le froid ou le chaud, qui tiennent l’appareil pendant que je réajuste ma tenue, qui appuie sur « le gros bouton sur le dessus » aussi longtemps que je ne suis pas satisfaite de ce que je vois.

Albane, Marie-Paola, Saadia, Eve ou encore mes sœurs : sans elles je ne pourrais pas publier aussi souvent par ici !

Ensuite il y a des « conseillers » : des personnes qui nous disent quand je fais fausse route ou qui m’encourage dans une voie ou une autre.

Il y a Albane qui me pousse à porter de la couleur et à sortir de mes sentiers battus, il y a maman qui m’aide pour mon orthographe et me rappelle les règles de grammaire oubliées depuis le primaire. Il y a des copines qui me disent apprécier tel type d’article, attendre que je fasse tel autre. Il y a ma cousine qui me répète depuis des années de créer mon auto-entreprise, mon papa qui sans rien comprendre à la mode me pousse à me professionnaliser.

Enfin, et ce sont les plus importantes, il y a les personnes qui sont derrière moi pour m’encourager quand je me demande à quoi tout cela sert, si je mérite vraiment tout ce à quoi j’ai accès ou quand je manque de confiance en moi.

Les amis qui acceptent de ne pas manger tant que je n’ai pas instagrammé le repas, le copain qui veut bien prendre – en soupirant – mon look du jour en photos, les proches et les connaissances qui m’envoient des messages pour me féliciter pour tel ou tel projet mené à bien et enfin VOUS qui êtes de plus en plus nombreux à me suivre et à commenter mes articles.

Ca fait quand même un paquet de personnes sans qui rien ne serait possible et qui méritent d’être citées pour tout ce qu’elles m’apportent !

mathilde margail by mademoiselle marie 2 mathilde margail by mademoiselle marie 3 mathilde margail by mademoiselle marie 4 mathilde margail by mademoiselle marie 5Jacket Asos II Sunnies Jimmy Fairly X Amish Boyish –

Credit photos : Mademoiselle Marie

Préjugés sur les blogueuses

sanne alexandra et one step 1

En France le métier de blogueuse est bien moins reconnu que dans d’autres pays. Du coup les préjugés sur notre activité sont nombreux…

Les blogueuses ne paient pas leurs vêtements

Elles adorent être prises en photos

Elles sont narcissique et aime se mettre en scène

Elles racontent toute leur vie sur internet

Elles ne font rien de leurs journées

Pour beaucoup un blog de mode est juste une version améliorée du skyblog de notre adolescence. Un support sur lequel nous mettons en scène notre vie afin d’avoir pleins de cadeaux.

Je vais donc essayer de tordre le cou à certaines idées reçue – attention ça peut être long !

  1. Je paie mes vêtements. Comme tout le monde. Je fais la queue chez Zara, je remplis mes paniers Asos et donne mon code de carte bleu à la fin, je mets de côté quand je veux m’acheter un beau sac. Comme tout le monde, vraiment.

Seulement j’ai la chance en plus de recevoir des cadeaux de certaines marques qui me permettent de créer toujours plus de looks et de vous faire découvrir des nouvelles marques. Mais je ne suis pas habillée des pieds à la tête aux frais de la princesse. Quand j’ai besoin d’un nouveau jean et bien je l’achète je n’attends pas qu’on me contacte pour m’en offrir un. Mais si je reçois le lendemain des chaussures pour aller avec c’est super !

Ce sont les avantages du métier. Si vous travaillez chez Milka, vous aurez du chocolat et bien mon chocolat à moi ce sont des vêtements.

  1. Je ne suis pas narcissique. Sur mon blog c’est la mode que je mets en scène : pas moi. Les personnes qui me connaissent savent que j’ai des problèmes avec un peu près toutes les parties de mon corps : de la forme de mes pieds à la texture de mes cheveux alors non mon image n’est pas ce que je préfère au monde, je ne me noierai pas dans mon reflet. Je le dis d’ailleurs souvent mais ce que je veux qu’on regarde c’est mon style, pas ma tête !! Après évidemment c’est toujours agréable d’avoir de belles photos de soi hein !
  1. Je ne raconte pas TOUTE ma vie sur les réseaux sociaux. J’ai appris par mes parents comme tous les jeunes de ma génération les dangers d’internet. Tout ce que je dis ou publie est donc réfléchi. Même les futilités. Je poste peut-être beaucoup mais pas tout. Je ne parle pas de ma vie personnelle ou amoureuse, de ma santé ou mes humeurs, de politique ou de religion. Je ne parle pas non plus de la vie de mes proches. Je les cite, les prends en photos, mais jamais sans leurs accords. Je fais attention. Internet est un espace public sur lequel il faut peser ces mots.
  1. Mes journées sont bien remplies. Le matin à la même heure que la plupart des français je me lève. Je vais braver le froid ou le chaud pour aller prendre des photos. Je passe ensuite plusieurs heures sur mon ordinateur à répondre à mes mails, écrire des articles, éditer des photos. Je ressors ensuite à droite à gauche pour des rendez-vous. De nouveau à la maison je prépare mes photos pour instagram, me remets devant mon ordinateur et mes mails. Je surligne mes listes, je note des idées. Et quand le soir arrive comme tout le monde je me suis levée, j’ai travaillé, j’ai pris les transports, j’ai bu beaucoup de café et j’ai hâte de me coucher. 

J’espère avoir, par ces longues lignes, mis à mal les préjugés les plus rependus sur les blogueuses. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave j’aurai au moins occupé quelques minutes dans ma journée pour écrire tout cela !

sanne alexandra et one step 2 sanne alexandra et one step 3 sanne alexandra et one step 4 sanne alexandra et one step 5 sanne alexandra et one step 6Perfecto One Step II Top Zara II Pants Sanne Alexandra II Shoes Morgan II Bag Zara II Bracelets Stella & Dot II Sunnies Rayban II Necklaces Missoma

Crédit photos : Eve from Beaauuu

Fille de l’eau ou fille de la terre ?

metropolis furla et  mariniere ikks 1

J’aime bien la mer. La mer qui s’éclate sur les rochers en Bretagne, la mer autour du bateau en méditerranée, la mer des surfeurs à Biarritz, la mer à colorier en bleu sur les cartes de géographie, la mer qui sent les vacances, la mer turquoise des caraïbes.

Mais d’un autre coté je n’aime pas la mer. L’autre mer, vous savez : celle pleine de sel qui pique la peau, celle qui est toute noire et dont on ne voit pas le fond, celle des requins et des algues qui collent.

J’aime la mer de l’été, celle de l’atlantique, celle des plages désertes, celles qui est belle sur les photos. Mais je déteste celle des plages bondées, celle des saletés qui flottent à la surface et pire celle qui se déchainent et vous entraine dans ses courants.

En fait j’ai une histoire un peu conflictuelle avec la mer. D’ailleurs, le plus souvent je dis que je vais à la plage. La nuance à toute son importance : le surfeur va à la mer, la fille qui veut bronzer va à la plage. C’est très différent !! Ca n’implique pas du tout la même relation à la chose !

Parce que mes proches le savent, je peux économiser beaucoup d’argent pour partir en vacances sur la côte et ne jamais me baigner : à cause de mes cheveux qui frisent premièrement, mais aussi à cause de ma peur irrationnelle de perdre pied et de me noyer – alors même que j’ai fait de nombreuses années de natation – et celle encore plus irrationnelle de me faire attaquer par un requin. Même à Palavas-les-Flots. La faute aux dents de la mer et aux histoires terrifiantes que s’amusait à me raconter mon grand frère quand j’étais petite à base de grand blanc retrouvé dans le port de Marseille et autre réjouissances du même genre !

Seulement, malgré cela à Paris parfois la mer me manque. Mais j’ai de la chance, de chez moi j’entends les mouettes. Si je ferme les yeux avec un peu d’imagination je peux me téléporter aux plages du rosaire ou j’ai passé de nombreuses vacances. Si en plus de ça je mets une jolie marinière je peux presque me croire en croisière sur l’océan. Et ça, ça j’aime !

metropolis furla et mariniere ikks 2 metropolis furla et mariniere ikks 3 metropolis furla et mariniere ikks 4 metropolis furla et mariniere ikks 5 metropolis furla et mariniere ikks 6 – Knit IKKS II Jeans Ba&sh II Bag Metropolis Furla II Top E-Believe II Shoes Adidas II Watch and Bracelets Stella & Dot II Necklaces Lucy Williams X Missoma II Rings MatyZeina AlliancesPilgrim