L’IVRESSE ACHETEUSE

J’ai eu une violente envie de consommer. Ça me prends parfois, comme ça. Sans raison. C’est une envie irrépressible. Comme quand j’ai un bouton de moustique et que je ne peux penser à rien d’autre tant que je n’ai pas céder à la pulsion de gratter jusqu’au sang. Même si je sais que c’est débile et que je vais le regretter.

Et bien voila parfois je ressens ce genre de de consommer. Je n’ai besoin de rien mais envie de tout, là maintenant. J’ai des démangeaisons au porte-feuille.

Quand j’étais étudiante je pouvais en une seule journée vider l’intégralité de mon compte bancaire comme ça. Je sortais dans la rue et j’achetais : des trucs « au cas où« , des vêtements qui allaient bien dans la cabine mais jamais dans la vraie vie, des bricoles pour ma décoration dont je finissais invariablement par me lasser… A chaque nouveau sac sur mon bras je me sentais plus légère, et plus je dépensais plus je m’en foutais. Comme avec l’alcool en fait. Plus tu bois moins tu comptes, plus tu bois, plus tu dépense. Et bien voilà, pour moi c’est pareil mais avec le shopping, c’est pire que la fièvre acheteuse, c’est l’ivresse acheteuse. Car après arrive toujours la gueule de bois… Quand je rentrais chez moi et que je n’avais même plus de quoi acheter des mouchoirs pour essuyer mes larmes. Passé l’euphorie du moment je laissais traîner les sacs par terre, allait me coucher sans manger et ruinée.

Heureusement j’ai grandi ! Oui oui et maintenant je sais gérer la crise. Je connais mes limites. Quand le démon du shopping me prend je me fixe des limites. Je me dis : « Tu peux claquer 200e sans regarder et après stop » ( oui oui je me parle à moi même !). Exactement comme quand je sors et que je me dis : « Allez Mathilde, ce soir pas plus de deux verres et après tu rentre« . Evidemment une fois sur deux, du a mon manque total de volonté ( et à mes amis, ces pousses-au-crime !) je craque un… mais il me reste désormais toujours de quoi m’offrir des mouchoirs !

I had a sudden desire to consume. It happens sometimes, out of nowhere. For no reason. And it’s a strong desire. Just like when I get a mosquito bite and all I can think about is scratching it. Even if I know that it’s stupid and that I will regret it.

Well there… sometimes I get the feeling I need to BUY. I don’t need anything but I want it all, and right now. It’s like my wallet gets itchy.
When I was a university student, I could empty my bank account in one day, just like that. I would go out in the street and buy: things « in case », clothes that fit well in the dressing room but never in real life, stuff to decorate with that I always eventually got bored of…

Everytime I got a new handbag, I somehow felt lighter and the more I spent the lesss I gave a damn. Just like with alcohol actually. The more you drink, the less you count, the more you spend. Well there, for me it’s the same with shopping, it’s worse than fever, it’s inebriation. Because the hungover always creeps up on me afterwards… When I would get home and that I wouldn’t even have enough left to buy tissues to dry my tears. Past the euphoria of the moment, I would leave my recent purchases scattered all over the floor and got to bed hungry and broke.
Fortunately, I’ve grown! Yes yes and now I know how to handle crisis. I know my limits. When the shopping demon gets a hold of me, I set limits. I tell myself: « you’re allowed to blindly blow 200 bucks and then stop » (yes yes, I talk to myself!). Exactly like when I go out and I tell myself: » Come on Mathilde, tonight no more than two drinks and then go home. »

Obviously, every second time, due to my complete lack of will (and to my friends, peer-pressure and all!) I give in.. but from now on, I have enough left to buy myself tissues afterwards!

Veste Sandro || Chemise Arket || Pull col-roulé Zara Kids || Jean Jennyfer || Mocassins Topshop || Sac Zara || Collier corne Lucy Williams X Missoma

Crédit photo : Beaauuu Paris

Previous Post Next Post

You may also like

Leave a comment

Leave a Reply