Je crois que grandir c’est apprendre à s’assumer. Quand on est adolescent on déteste tout chez soi : on complexe sur nos dents de travers ou sur notre appareil dentaire, sur la poitrine trop grosse ou trop petite, sur notre acné ou nos taches de rousseurs… toute sorte de différence est considérée comme une tare.

Moi ce qui me complexais le plus c’était mes cheveux. Parce que la nature est assez bien faite j’ai été épargné par l’acné dévastateur et les années d’orthodontie, mais à côté des cheveux lisses et bien sages de mes amis ma chevelure rebelle m’a valu bien des réflexions, et pas des plus agréables.

Alors dès que j’ai pu je me suis offert un fer à lisser et pendant près de 6 ans je ne me suis quasiment jamais montré avec mes cheveux naturels. Je me suis privée de baignade l’été à la plage pour ne pas montrer le spectacle de mes cheveux sans artifices, je me suis cachée sous des bonnets ou des chapeaux et ai dépensé des sommes monstrueuses en lissage brésilien. Beaucoup d’énergie dépensée à ne pas m’assumer donc.

Et puis cette année j’ai décidé que s’en était assez ! Alors j’ai commencé à m’amuser avec mes cheveux. J’ai regardé pleins de photos pinterest et tuto sur youtube. J’ai appris à faire des tresses en épis, des tresses africaines et à inventer des coiffures en tout genre pour mettre ma chevelure en valeur.

Je continu évidemment de lisser mes cheveux de temps en temps mais ce n’est plus systématique. Et surtout j’ai compris que mes cheveux étaient une chance plus qu’une malédiction. Et au vu des derniers défilés les cheveux frisés n’ont d’ailleurs jamais autant eu la côte ! Les cheveux : le nouvel accessoire à la mode !

street style opera 1 street style opera 2 street style opera 3 street style opera 4 street style opera 5 street style opera 6 street style opera 7

– Jacket H&M II Dress Zara II Jeans Jennyfer II Bag Furla II Earrings Zara II Necklace Pilgrim

Credit photos : Marie Paola

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-huit + quinze =