top sheinside mathilde margail street style petit palais 1

Je profite de passer quelques – longs – jours au soleil pour parler avec vous du traumatisme lié à l’achat d’un maillot de bain.

Ne vous moquez pas, ce n’est pas si simple que cela en a l’air ! On n’achète pas un nouveau maillot comme une paire de jeans.

Pour la plupart des gens, disons tout ceux compris dans cette faste frange de la population qui ne passe pas Noël sous les tropiques – l’achat d’un nouveau maillot se passe dans cette sympathique période post-hiver ou l’on commence à se débarrasser de ces couches. Couches de vêtements uniquement. Celles de graisse, progressivement acquises à grand renfort de raclette entre amis ne partent en réalité jamais. On ne parle de kilos hivernaux que pour se rassurer.

Bref, le ciel commence à être bleu de plus en plus souvent – au moins une fois par semaine à Paris – et les conversations de café tournent exclusivement autour des vacances, celles qu’on laisse au boss quand on ne le critique plus, et celles que l’on va prendre dans quelques mois.

Et qui dis vacances, dis maillot ! Nous y voilà donc !

On se rend donc un beau jour dans une de ces boutiques qui vendent des sous-vêtements l’hiver et des maillots l’été – au désespoir de toutes ces personnes comprises dans cette si petite partie de la population qui passe Noël sous les tropiques, mentionnées un peu plus tôt.

On choisit sur un portant un bikini à ce que nous pensons être notre taille. 36 en bas. 42 en haut. A peine le maillot enfilé nous devons appeler la vendeuse sous les lumières jaunes de notre cabine afin de faire un constat. Les maillots sont soit archi mal taillé soit vraiment ya un souci. « Je vais essayer une autre taille je crois ». Et voilà que vous remettez votre destin dans les mains de cette vendeuse peroxydée. Qui ne tarde pas à revenir vous tendre un une pièce noire triste comme un jour sans wifi « push-up et gainant ». Le top pour « ce que vous avez ».

Ce que vous avez ce sont donc des kilos d’hiver, pour rappel.

De nouveau seule vous avez tout le loisir de vous observer sous toutes les coutures. S’il y a bien un endroit pratique pour se mirer à 360 degrès ça se sont bien les cabines d’essayage.

Ca baille devant, ça déborde derrière et vue comme ça votre peau à plus ou moins la couleur d’un navet.

Vous vous rhabillez. Reposer les maillots. Vous reviendrez en septembre quand vous serez plus bronzée.

**********

I’m currently enjoying few days in the the sun, so the timing is perfect to speak with you about the trauma of buying a swimsuit.

Do not laugh, it’s not that simple that it’s looks! You can’t buy a bikini as easily as a jeans or a shirt.

For most people, I mean all those included in this prosperous part of the population that does not pass Christmas in the tropics – buying a new bikini is happening in this friendly post-winter period where we begins to rid of those layers. Layers of clothing only. Layering of fatness would stay. We just try to rassure ourself by speaking of « winter-kilos ».

Let’s go back to our story, the sky begins to be blue more often – at least once a week in Paris – and coffee conversations revolve exclusively around the holidays we will take in a few months.

And who say holiday, saying bikinis ! Here we go then!

So we went one day in one of those shops that sell underwear during winter and summer suits during summer – to the despair of all those people included in this small part of the population that spend Christmas in the Tropics mentioned earlier.

In the shop we choose a bikini that we think is in our size. 36 down. 42 above. As soon as we wear it we must call the seller under the yellow lights of our cabin to make a statement. The bikinis are either blunt or there’re a big concern. « I’ll try another size thought. » And she came back with a black sad suit. « Perfect for what you have » she said.

What you are therefore winter’s kilos just to reminder.

Again you only have plenty of time to observe you from each angle. If there is indeed a convenient place to admire 360 degrees it’s in da changing room.

It yawns in front, behind  it overflows and view like that your skin has more or less the color of a turnip.

You get dressed you. Let the bikini to the blondy seller. You will come back in September when you would be more tanned.

top sheinside mathilde margail street style petit palais 2 top sheinside mathilde margail street style petit palais 3 top sheinside mathilde margail street style petit palais 4 top sheinside mathilde margail street style petit palais 6 top sheinside mathilde margail street style petit palais 7

Top Sheinside II Skirt Mademoiselle R (similar here) II Shoes Marks & Spencer II Scarf Vintage II Sunnies Michael Kors

Crédit photos : Eve Beaauuu Paris

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 − 5 =