robe-bash-pfw-1

Dans la vie il y a deux catégories de filles. Celles qui ont ce que les autres veulent et celles qui veulent ce que les autres ont. Globalement ce constat marche dans un peu près toutes les situations : « Elle a le sac Chloé de mes rêves », « J’ai le job de ses rêves ». Souvenez vous que l’herbe est toujours plus verte ailleurs.

La jalousie est un bien vilain défaut. Je sais. Mais quand on a les cheveux frisés on est excusées. On a le droit. Il y a dérogation. On a le droit d’être jalouse de cette copine qui peut sortir tête nue sous la pluie, qui peut se jeter tête la première dans les vagues sans perdre son maillot de bain ET son sex appeal, qui n’a pas besoin de noter « brushing » dans son agenda. Je vous le dis il y a dérogation.

Bon, personne ne m’a jamais vraiment dit qu’il y avait dérogation , je l’ai décidé toute seule par la force de chose. Pour me déculpabiliser à chaque fois que j’ai envié cette fille qui arrive au travail, les cheveux détachés, sans donner l’impression d’avoir passé la nuit dehors, cette autre fille à qui l’humidité donne juste ce qu’il faut de volume pour augmenter sa classe naturelle et celle-là qui dépense en fringues de luxe ce que je claque tous les ans chez le coiffeur.

Parce que moi j’ai les cheveux frisés. Je dis ça un peu sur le même ton de quand je m’excuse d’arriver à une soirée les mains vides. Genre « je sais c’est pas bien mais… ». Je vis mes cheveux un peu comme un défaut, une contrainte dans mon quotidien.

Quand je pense à tout ce que j’ai raté à cause d’eux. Du nombre de fois où, même par 40 degrés j’ai refusé de me baigner sous prétexte que j’avais un peu froid, simplement pour ne pas prendre le risque de ruiner mon lissage. De toutes ces journées passées en hoodie pour être certaine de ne pas être prise au dépourvue quand l’averse fut venue.

J’ai dépensé et dépense encore une énergie folle – et de l’argent aussi, beaucoup – pour dompter mes cheveux. Et par dompter je veux dire tout faire pour ne jamais laisser apparaître le moindre frisottis.

Et ce malgré ma famille qui les adore et aussi cette copine aux cheveux raplaplas qui voudrait bien avoir mon volume et qui trouvera toujours le moyen de me dire « mais j’aimerai tellement avoir tes cheveux !! ». Manque de pot, on envoi des mecs dans l’espace, mais on n’a pas encore trouvé la solution pour procéder au plus simple des échanges capillaire. Sérieux, mais que fait la science ?

C’est terrible quand on y pense. On peut faire désirer à la moitié de la planète des chaussures à semelles orthopédiques mais faire des cheveux frisés la prochaine tendance printemps/été ça jamais.

Il me reste donc deux solutions. 1- attendre que le vent tourne en continuant à enduire mes cheveux de tout ces produits estampillés « anti-frizz » ou 2- assumer mes boucles.

J’ai commencé la thérapie. Une fois par semaine. Qui sais peut-être un jour je ferai mon coming out capillaire.

Peut-être.

*********

In life there’s two kind of girl. The one who have what the other want, and the one who whant what the other have. It works in each kind of life situation. Sometimes you have, sometimes you want. 

Jealousie is bad. I know. But when you’re a curly hair kinda gurl it’s different. You’re allow to be jealous of this girl who can jump in the wawes without loosing her sexyness… and her brushing !

I do not really know if there’s a real prescription. It’s my way to feel better when I’m jealous of the girls who don’t have to schedule their brushing, who could wear their hair free without looking crazy. I’d like to spend more money in luxious clothes than spending it all in the hair-dresser. It not fair, isn’t it ?

Of course there’s always some people who like my hair, like this friend without any volum who always say that my hair are her dream. Sadly we could send people in the moon but we could not do something as simple as exchange hair style. What do the science do ?

It’s terrible, when I see that the fashion world could decide that we should all wear ugly jeans or shoes but never decide that the natural curly hair are the IT style !

So, I do not have that many option. 1 – I could wait season and season that the trends come and still use that much « frizz control » product or I could assume.

I just begin the therapy. Hope it would works ! I’ll keep you in touch !

 robe-bash-pfw-2robe-bash-pfw-3 robe-bash-pfw-5 robe-bash-pfw-6

Ba&sh Calvin dress II Topshop boots II Maje bag II Zara Sunnies –

SHOP SOME BOHO DRESSES :

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Et ne plus essayer de les dompter, tu as essayé? Je suis sûre que cela te va très bien! Perso, j’ai arrêté de me prendre la tête, je laisse la nature faire et mes boucles sont mon identité!

  2. Déjà les cheveux bouclés c’est très joli (même si ça n’interdit pas de les lisser de temps en temps) et ensuite ne pas se dicter sa conduite par ses cheveux non mais oh! Je ne comprendrai jamais les filles qui refusent de se baigner à cause de leurs cheveux… Zut pour le regard des autres on a qu’une vie!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatorze − onze =