paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-1

Nom – prénom – âge – profession – animal de compagnie.

C’est parfois ainsi que j’ai l’impression que la plupart des personnes se définissent. Du coup je me sens un peu incomplète parce que j’ai un nom, un prénom – oui oui – un emploi mais pas de chat. Ni de chien. Ni même de poissons rouges. Même pas de cafard sous mon lit. Rien. Rien de vivant qui ne me tienne compagnie le soir quand je rentre chez moi.

Ça arrive à des gens très bien je vous rassure. Mais quand même, c’est handicapant il faut le reconnaître. En société je n’ai aucun canapé ruiné à raconter, pas de photos de minou dans son panier à montrer, pas de bon véto à conseiller… C’est le vide intersidéral.

Ce n’est pas que je n’aime pas les animaux, pas du tout. Mais je les préfère chez les autres. Quand ils laissent leurs poils sur d’autre tapis que le mien, et leur délicate odeur de litière loin de ma salle de bain. Un peu comme certaines personnes avec les enfants.

Du coup j’ai trouvé une parade super efficace pour me sentir moins laisée en société. Je parle du chat de mon frère, du chien de mon grand-père, du lapin de ma sœur ET de ma licorne imaginaire. Car oui c’est terriblement cliché mais je fais partie de ces personnes perchées qui aiment beaucoup les licornes – et les arc-en-ciel – : j’ai même acheté tout un bouquin sur l’élevage sauvage de cet espèce, mais curieusement je n’ai encore jamais réussi à étaler cette science dans quelque conversation que ce soit.

Mais je ne désespère pas, et le jour où ça arrivera, vous n’aurez plus rien à dire sur votre chat !

**********

Name – first name – age – job – pet.

Sometimes I have the impression that most of the people define themselves like that. So I feel a bit incomplete because I have a name, a first name – yes yes – a job but no cat. Neither dog. Nor even goldfish. Not even a cockroach under my bed. Nothing. Nothing alive that keeps me company in the evening when I’m home.

It happens to very good person,, don’t worry. But still, it is handicapped it must be recognized. In society I have no ruined sofa to tell, no photos of kitty in his basket to show, no good doctor to advise … Nothing and it make me feel so bad.

It’s not that I do not like animals, not at all. But I prefer them in the others. When they leave their hairs on other carpet than mine, and their delicate litter odor away from my bathroom. Like some people with kids.

So I found a parade super effective to feel less socialized. I’m talking about my brother’s cat, my grandfather’s dog, my sister’s rabbit AND my imaginary unicorn. Because yes it is terribly cliché but I am one of those perched people who love very much unicorns – and rainbow – I even bought a book about the wild breeding of this species, but curiously I have never yet succeeded in displaying this science in any conversation whatsoever. But I do not despair, and when this day would come, you will not have anything to say about your cat! 

paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-2 paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-3 paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-4 paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-5 paul-and-joe-street-style-paris-au-petit-imprevu-6

– Paul & Joe Coat II New Look Jeans II Topshop Boots –

SHOP SIMILAR COATS :

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × quatre =