Ce n’est pas que je sois accro à mon téléphone – enfin si – mais c’est dur pour moi de déconnecter.

Déja à cause de mon travail. Je suis CM. Et une CM sans son portable c’est un peu comme un peintre sans pinceau, ça ne sert pas à grand chose.

Ensuite il y a les amies à l’autre bout du monde – Angleterre, Colombie, Corée – avec qui il faut bien garder contact, dont il faut liker les photos de paysages paradisiaques et écouter raconter toutes leurs aventures.

Il y a les amis moins loin, que j’ai vu la veille en fait pour debriefer de la dernière soirée et avec lesquels nous devons maintenant debriefer le débrief.

Il y a la famille, les bébés qui vont arriver et dont je ne voudrai pas rater le premier cri sur instagram.

Il y a Google – en cas de doute toujours demander à Google diront certains – et mieux que Google il y a Maman qui comme le Quid a réponse à tout et plus que tout : des histoires de cœur en passant par la bonne façon de remplir les papiers pour la mutuelle.

Il y a vestiaire collective et ces baskets Céline que je surveille comme du petit lait sur le feu en attendant que leur prix décroissent.

Il a Shazam qui me permet de mettre régulièrement ma playlist à jour.

Il y a instagram pour m’inspirer et poster des photos de mon petit déjeuner #jepostedoncjesuis (si Descartes vivait aujourd’hui c’est certainement ce qu’il dirait !)

Il y a cette conversation Whatsapp entre sœurs qui clignotent 50 fois par jour pour partager photos, anecdotes et questions existentielles « Dites vos bébés ils ont combien de chaussures pour l’hiver » auxquelles je me dois de répondre, aussi peu concernée que je sois par le problème.

Il y a les textos du frère suffisamment rares pour qu’il ne soit pas question de les rater lorsqu’ils arrivent.

Il y a ce groupe facebook pour organiser la prochaine soiree : « Je peux ramener 15 potes ? » « Il faut ramener quoi? » « Y a t-il un dress code ? »…

Il y a cette conversation Messenger avec mes meilleures amies qui ne s’arrête tellement jamais que si je ne l’ouvre pas pendant une journée je dois remonter près de 500 messages pour comprendre le contexte et comment nous avons pu en arriver à nous renommer avec des surnoms aussi ridicules ??

Il y a ces mails pour le blog auxquels je dois répondre pour avant hier dernier delai.

Il y a la page Facebook du travail à laquelle j’accède par mon profil perso : comment résister à la tentation de checker mon feed au passage et liker deux trois photos de fussoir ? (Si vous ne connaissez pas je vous laisse aller voir et perdre de votre précieux temps !)

Vous voyez ce n’est pas de la mauvaise volonté mais je débranche je perds mon boulot, mes amis et ma famille (comment ça j’exagère !?).

**********

Crédit photo : Marie Paola BH

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. C’est super bien vu! Mention spéciale pour le whatsapp familial et ses questions existentielles! Une autre pour la route « Un horodateur vous le mettez dans quelle case du Concept? » Ahah 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre × 3 =