Toute cette histoire est partie d’un truc super bête… J’ai donné mes coordonnées bancaire a une arnaque. Vendredi matin à fond dans mon travail je reçois un SMS d’Engie me rappelant aimablement que je n’ai pas payé ma facture du mois d’un montant correspondant plus ou moins à ce je paie habituellement…. par prélèvement ! Seulement à ce moment là – je n’en suis qu’à mon premier café – la seule chose qui fait *tilt* dans mon cerveau c’est que j’ai encore des factures en retard. Super motivée je me dis que pour une fois je ne vais pas attendre la 10eme lettre du service de recouvrement et tous les agiots qui vont avec et que je vais être sérieuse et payer tout de suite. C’est donc avec toute la naïveté de la terre que je donne TOUTES mes coordonnées bancaire a un faux service vocal qui se la joue bien comme il faut avec la petite musique énervante et tout.

Au moment de raccrocher je me dis que quand même c’est bizarre, parce qu’en fait d’habitude je suis débitée directement de mon compte, que j’ai encore de l’argent – c’est le début du mois – et qu’il n’y a donc aucune raison de ne pas avoir payé cette foutue facture. Une seule recherche sur Google me permet de comprendre que je suis tombée dans un piège vieux comme le monde. Bon. Un coup de fil à ma banque et ça y est ma carte est en opposition. Et moi sans argent… je ne garde en effet jamais de liquide sur moi. Je préfère acheter avec ma carte ça me donne la sensation de payer moins. Ouais je sais comme les enfants qui pensent que les cartes bleues sont magiques. Mais bon du coup plus de cartes, plus d’argent. Pratique.

Le soir en sortant du travail je cours toutes les banques de la terre pour tenter de tirer du liquide et vois tous les guichets me fermer au nez. Bon pour ce soir je mangerai les restes puisque je ne peux pas faire les courses.

Samedi matin je me lève aux aurores abandonnant ma seule grasse mat de la semaine à mon devoir. A 11h j’ai enfin une liasse de billets en main pour survivre pour les 10 prochains jours… le temps de recevoir une nouvelle carte !

Le premier jour je me sens SUPER riche avec tous ces billets. Je paie l’addition, fait un méga plein de courses comme je ne fais jamais tout en arrivant à fuir les magasins. Facile en fait !

Le deuxième jour tout va encore bien. Le frigo est plein.

Le troisième jour au travail malencontreusement je clic sur le site de farfetch et sur ce sac See by Chloé qui me fait de l’œil. Je tends la main vers mon portefeuille pour en saisir… rien. J’expérimente la frustration tout avec un sentiment de fierté très hypocrite : j’ai résisté.

Les jours qui suivent les billets continuent à s’envoler sans que je comprenne trop dans quoi puisque il n’y a pas de nouveau sac dans ma chambre.

Au bout d’une semaine j’ai déjà résisté à la tentation de m’acheter des gazelles verts gazon, une coque d’iPhone en fourrure super kitsch et donc ultra désirable, un gros sweat doudou comme j’en ai déjà 15 mais d’une couleur différente-quand-même et aussi une robe de plage pour le jour où j’irai à la plage c’est à dire vraiment pas tout de suite ! Par contre sont arrivés par la poste tous mes achats passés avant la mort de ma carte… Soit pas moins de trois paires de chaussures…

En pleine crise existentielle au téléphone avec ma mère « Serais-je une victime de la société de consommation ? » elle me propose aimablement de garder ma prochaine carte chez elle les prochain mois. J’hésite … ça pourrait donner un SUPER article non ? « Le jour où j’ai mis ma carte bleu en garde à vue ».

– Primark bomber II H&M sweater II SWF pants II Zara Shoes II Aldo bag –

Crédit photo : Beaauuu Paris

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × 2 =