Que dis-je « j’aime » les orages, j’adore je veux dire. Même si on est censé n’adorer que Dieu ( et les frites pour certains !). Seulement comme moi je n’aime pas particulièrement les frites je peux bien adorer un peu les orages non ? Après tout chacun peut mettre ce qu’il veut dans les parenthèses, on est encore dans un pays libre !

Donc voilà, autant je déteste – j’abhorre même – la pluie ; la pluie qui fait friser les cheveux, couler le maquillage, abîme les chaussures et zappe le moral, autant j’adore les orages. Les bons gros orages : quand le ciel devient vraiment tout noir, genre éclipse, nuit en plein jour et tout et tout. Les bons gros orages avec le tonnerre qui fait sursauter, les éclairs partout et l’ambiance un peu apocalyptique dehors.

Oui parce que je n’aime les orages que lorsque je suis DEDANS. Chez moi de préférence. Au fond de mon lit au mieux.

Parfois quand je suis au travail et que je vois le ciel se noircir je croise les doigts discrètement pour que ça pète pendant la soirée. Juste au moment où j’aurai passé la porte de chez moi. Genre le timing parfait. Je croise les doigts pour que je puisse me servir un verre dans mon fauteuil en ouvrant grand la fenêtre pour regarder tomber le déluge. Et tant pis pour la flaque sur le parquet.

Seulement ça c’est dans la théorie. Parce que dans la pratique mon deuxième prénom c’est pas Philippine. C’est Murphy. Parce que dès qu’il y a une file au supermarché qui bloque : c’est la mienne. Dès que je fais tomber une tartine par terre, sur mon tapis, c’est toujours le coté avec la confiture. Parce que dès qu’il commence à pleuvoir je suis toujours dehors. Le plus souvent avec comme simple équipement mes sandales et mon tee-shirt blanc. Sinon c’est quand même moins drôle.

Ce serait vraiment beaucoup moins drôle si je faisais partie de ces filles qui ont toujours un parapluie sur elle. Mais je n’ai même pas de parapluie chez moi alors au mieux j’ai pensé à mettre un sweat à capuche le matin, au pire je reste là à couler de partout au milieu de la rue, avec mon sac de course en carton qui menace de se percer, avec mon nouveau sac en daim que le vendeur m’avait bien dit de l’imperméabiliser en plus, et mes cheveux qui se dressent sur mon crane pile le jour ou j’ai fais un brushing.

Et dans ces moments la j’aime beaucoup beaucoup moins les orages. J’aime d’autant moins que ça arrive toujours quand je suis encore loin de chez moi ( pourquoi avais-je décidé de rentrer à pied déjà ? ) et que je sais que tout sera fini quand je rentrerai chez moi. Et que je n’ai même plus de batterie pour insta-twitter cet éclair dans le ciel.

Bon du coup ok, je renonce à caser « orage » dans ma parenthèse !

I love thunderstorms

When I say I ¨love¨ thunderstorms, what I really mean is I adoooore them. Even if you´re only supposed to adore God (or fries for some!). However, since I don´t particularly like fries, I have the right to adore thunderstorms a little bit, no? After all, you can put whatever you like in parenthesis, we live in a free country!

So here, I hate – I abhor even – rain; the rain that curls my hair, messes up my make up, damages my shoes and brings me down, but I adore thunderstorms. The big, bad ones: when the sky is super dark, like an eclipse, when it looks like it´s the middle of the night in the middle of the day and such. The big bad thunderstorms with thunders that make you jump, lighting everywhere and the slightly apocalyptic vibe outside.

Yes, because I only love thunderstorms when I´m INSIDE. Preferably at my house. Even better, tucked in my bed.

Sometimes, when I´m at work and I notice the sky getting darker, I discreetly cross my fingers that it will explode that night. Obviously right after I would safely get home. The perfect timing. I cross my fingers that I can pour myself a glass in my armchair with the window wide open so that I can watch the sky fall and crumble in front of my eyes. Too bad for the puddle on the wooden floors. 

Only, that´s in theory. Because in real life, my second name is not Philippine. It´s Murphy. Because every time there´s a slower line at the grocery store: it´s mine. When I drop a piece of toast on my rug, it always falls on the jam side. Because every time it starts raining, I´m always outside. More often than not when I´m rocking my sandals and white tee-shirt. Because otherwise it wouldn´t be funny, right? It really wouldn´t be as funny if I were one of those girls who always had an umbrella on her… But I don´t even have an umbrella at home, so in the best situation, I thought about taking a hoodie with me that morning. In the worst of cases, I find myself standing in the middle of the street, dripping in water, with my paper shopping bag about to rip, my new suede bag that the salesperson specifically told me to waterproof, and my recent hairdo fighting the upcoming curling process. 

And in those moments, my liking for thunderstorms takes a big, big toll. I like it even less because it always happens when I´m still a million kilometers away from my house (why did I decide to walk home again?) and I know it will all be over when I get home. And when my phone is dead so no insta-twittering of the lighting in the sky. So never mind, I give up on putting ¨thunderstorm¨ in parenthesis!

– Pull & Bear Tee-shirt ( Man and old collection ) II Stradivarius Skirt II Balzac Paris Shoes II Chanel Bag II Zara Earrings II Rayban Sunnies –

Crédit photo : Beaauuu Paris

Traduction by Lily’s Words

Rejoindre la conversation

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

quatre × 1 =