Je ne me suis jamais trop considérée comme une fille peureuse. Peut-être à tort mais globalement je suis quand même capable de ne pas m’évanouir devant une araignée et même de les écraser avec mes chaussures sans les jeter à la poubelle après ( les chaussures, pas l’araignée ! ). Je ne panique pas quand j’entends des bruits d’explosion parce que je pars du principe un peu con que « au pire on meurs ». Je n’ai pas peur du tonnerre ni des souris et je n’ai pas de soucis avec l’existence des serpents, même si je les préfère derrière une vitre au zoo qu’à mes pieds à la campagne. Je n’ai pas le vertige, pas peur du noir et aucun soucis avec le fait de rentrer seule le soir dans la nuit.
Mais j’ai quand même des petites phobies. Des trucs qui me donne envie de rappeler à la terre entière que « Je ne suis pas venue ici pour souffrir, ok ! ». J’ai par exemple une peur panique des grenouilles et autres bestioles de la famille des crapauds. L’avantage c’est qu’à Paris je n’en croise pas beaucoup, heureusement pour mon petit cœur.
Seulement je ne suis pas toujours à Paris…
La semaine dernière en vacances avec ma cousine nous préparons notre retour quand nous nous rendons compte que la voiture, celle avec laquelle nous devions nous rendre à la gare à une demi-heure de là, ne démarre plus. Coup de stress, coup de batterie et la voiture redémarre. Nous fêtons donc l’événement dans le jardin autour d’un verre de vin quand tout à coup, à la lumière de la lune je vois une espèce d’ombre se balader sur la terrasse. Le temps que je me rende compte d’à qui l’ombre appartient, mon cœur à déjà manqué deux ou trois battements… je vous le donne en mille. Un énorme horrible crapaud. Je me retiens de hurler et dans un élan de lucidité je demande au chien d’attaquer.

Voilà donc le chien qui court après le crapaud et moi pétrifiée, debout sur le muret de la terrasse d’ici que le crapaud essaie de me sauter dessus, en train de pleurer dans les bras de ma cousine.
Une demi-heure plus tard le chien revient en haletant bizarrement. Je serai bien tentée de le remercier pour son acte mais l’idée de toucher une gueule qui a touché le crapaud me fait frissonner. Et voilà le chien qui commence à vraiment faire des bruits bizarres. Et nous on doit aller se coucher et le chien est censé nous accompagner : seulement moi c’est mort, je ne dors pas avec le chien si c’est pour qu’il me vomisse le crapaud dessus pendant la nuit. Parce que ok j’ai pas peur du noir mais ça non je ne peux vraiment pas…
J’explique ça en mots un peu décousue à ma cousine qui va du coup faire un tour du jardin pour finir par m’assurer que le chien n’a pas mangé le crapaud et que tout vas-bien-aller-ma-chérie-ne-t’inquiètes-pas. Le crapaud est toujours là. Super. Me voilà VRAIMENT rassurée !
Celui qui m’inquiète maintenant c’est chien qui se comporte vraiment bizarrement.
« Dis-moi Google, les crapauds c’est bon pour les chiens… ? »
Non… Je me remets à pleurer. Voilà le chien va mourir empoisonné pour avoir tenté de me sauver. Je frôle la crise d’angoisse. Parce que oui en plus d’avoir peur des grenouilles je suis légèrement hypersensible, du coup toutes mes émotions sont très, très légèrement exacerbées… C’est donc en tremblant qu’on va donner un bain de bouche au chien, qu’on appelle SOS veto, qu’on stress, qu’on stimule le chien pour être sur que tout vas bien.
Je passe la moitié de nuit à rêver qu’un troupeau de crapaud me poursuit et l’autre à vérifier que le chien respire. A ce stade là je suis bonne pour la camisole de force. Ou la veilleuse licorne qui me permet de me rendormir avec des étoiles dans la tête. Voila qui va presque rendre le retour à Paris plus facile parce quand même ne n’étais vraiment pas venue ici pour souffrir !

I got scared
 
I never thought of myself as a wuss. Wrongly maybe but overall, I´m able to contain myself when I see a spider (not faint, basically) and to crush it with my shoe without even throwing it away afterwards. I don´t panic when I hear blasts because I firmly believe, stupidly, that in ¨the worst case, we die.¨ Thunder and mice don´t scare me, and I´m absolutely not bothered by the existence of snakes, even if I like them better behind a glass door at the zoo rather than between my legs in the countryside. I don´t get dizzy, I´m not afraid of the dark and I have no problem going back home alone at night. But I do have a couple phobias… Some things that make me want to remind the entire world that ¨I did not come here to suffer, ok!¨. For example, I´m scared to death of frogs and all of the like. The good thing is that in Paris, I don’t bump into them very often, thank God (and it´s better for my little heart too).
 
The thing is, I´m not always in Paris…
Last week, while on vacation with my cousin, we get ready to leave when we realize that the car, the one she needs to use to take me to the train station that´s 30 minutes away, does not start. A bit of stress, another bit of battery power and the car starts. We therefore celebrate in the garden with a glass of wine when all of the sudden, in the moonlight, I see some kind of shadow jumping around on the terrace. Time for me to realize who´s shadow it is, my heart had already skipped a couple beats… you guessed it. A gigantic horrible toad. I stop myself from screaming and in a moment of lucidity, I prompt the dog to attack it. So he starts running after the road and me, petrified, standing on the low wall of the terrace in case the toad tries to jump on me, crying in my cousin´s arms.
A half hour later, the dog comes back, breathing strangely. I was tempted to thank him for his crime but the idea of touching a muzzle that touched the toad makes me shiver. At that point the dog is making really strange sounds. And we need to go to sleep, normally accompanied by the dog: but no waaay, I´m not sleeping with the dog if he´s going to puke the toad out on me in the middle of the night. Because yah okay I´m not afraid of the dark but THAT? I´m really not down…

I explain that in a rambling speech to my cousin who consequently ends up going to the garden to reassure me that the dog did note at the toad and that everything-will-be-okay-darling-don´t-worry. The toad is still there. Awesome. I´m REALLY reassured now! What really worries me is that the dog is acting super weird. ¨Tell me Google, are toads good for dogs…? ¨ No. I start crying again. There, the dog is going to die poisoned because of trying to save me. I almost have a panic attack. Because yes, on top of being scared of frogs, I’m slightly hypersensitive, so all my emotions are very, very slightly exaggerated…

Shaking, we go wash the dog´s mouth, we call SOS vet, we stress, we stimulate the dog to make sure everything´s okay. I spend half the night dreaming of a herd of toads chasing after me and the other half checking that the dog is still breathing. At that point, I´m ready for the straitjacket. Or the unicorn night light that transports me back to sleep with stars in my head. That will make the trip back easier because still, I really did not come here to suffer!

– Tee-shirt Zara II Pantalon Stradivarius II Ceinture Swildens II Boots Cony Acne –

Crédit photo : Beaauuu Paris

SHOP THIS STYLE :

 

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Je n’ai tellement pas envie de retourner aux bottines ! A moins que ce soit une paire qui me plaise VRAIMENT. De mon côté pas de peur non plus à part de le vertige, et c’est apparu tard (bêtise de l’adulte)… alors à moins de vouloir me voir les genoux qui dansent étrangement au bord d’un balcon un peu haut ou crier et me figer au dessus d’une bouche d’aération, je ne ferais pas la démonstration !

    Fanny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

2 × deux =